Au cours des dernières années, notre cadre de travail a été profondément transformé. Le Sgen-CFDT a apporté un soutien critique à ces transformations et a pesé pour qu’elles soient l’occasion de progrès social. Au cours de l’année 2018, afin de satisfaire aux exigences du programme Idex, les dirigeants de nos établissements ont défini les contours d’une Université intégrée (UI) regroupant l’enseignement supérieur et la recherche publics du site. Le Sgen-CFDT milite depuis des années pour une structuration de notre site qui reflète la coopération au quotidien des personnels des différents établissements : sur le principe, nous sommes donc favorables à un tel projet, tout en demeurant vigilants tant sur le résultat que sur le mode opératoire. La structure choisie par nos dirigeants ne correspond pas exactement au modèle que nous souhaitons, nous en avons analysé avantages et inconvénients. Pour nous, elle constitue une étape de transition vers une Université intégrant de manière plus étroite écoles et UGA. Une concertation a été mise en place en 2018 et nous avons pu obtenir d’importantes avancées par rapport au projet initial, notamment sur l’engagement d’une politique sociale ambitieuse, la place du CAESUG et le rôle des conseils dans la gouvernance.

Pourquoi c’est essentiel :
Une instance centrale de dialogue social
Le Sgen-CFDT a demandé qu’une instance centrale soit consultée en amont des prises de décision RH communes aux personnels des différents établissements de l’UI : politique indemnitaire, politique d’emploi, égalité professionnelle, santé et sécurité…

Actuellement, par exemple, les critères d’attribution des primes (RIFSEEP des Biatss, PEDR) peuvent être différents pour des personnels ayant le même travail et le même dossier selon qu’ils sont employés par l’UGA ou Grenoble-INP, quand bien même ils travailleraient dans le même bureau !

L’instance centrale est également importante pour la mise en place d’une sécurisation des parcours professionnels des CDD à l’échelle du site, et pour améliorer la qualité de vie au travail de façon concertée.

Une telle structure de dialogue social de site sera mise en place, la conférence sociale : si elle n’est pas le comité technique commun que nous souhaitions, celle-ci reprend très largement la proposition de la CFDT, avec des prérogatives permettant de faire avancer des propositions pour tous les personnels de l’Université intégrée et des établissements-composantes (Grenoble INP, IEP et ENSAG), de manière transverse. Cette conférence sociale constituera l’instance de dialogue social de lUI au sein de laquelle nous pourrons porter notre action selon trois axes principaux : un objectif d’harmonisation vers le mieux disant, une recherche et analyse des meilleures pratiques et enfin des propositions sur les conditions de travail et d’emploi. C’est une avancée importante pour tous les personnels qui permettra d’aller vers une cohérence entre tous les statuts et dont la CFDT s’emparera.

Dans le texte fondateur, des problèmes essentiels dans les choix affichés pour la gouvernance de ce futur établissement subsistaient : un nombre d’élu·e·s dans les conseils centraux en retrait par rapport à l’UGA, un directoire dans lequel toutes les grandes composantes ne sont pas représentées pour traiter de questions essentielles et l’absence d’une instance centrale de dialogue social. Si le texte fondateur a été adopté dans les différents conseils d’administration, il n’a recueilli en l’état aucune voix favorable des représentants syndicaux des personnels de l’UGA et de Grenoble-INP.

Le Sgen-CFDT, qui s’est investi déjà dans les groupes de travail sur les contours et compétences des futures grandes composantes dites CSPM, a mené une négociation en faisant de nombreuses propositions sur les statuts. La plupart ont été retenues par le texte.

La CFDT votera donc pour ces statuts tout en restant critique et vigilante, comme elle l’a toujours fait, en toute indépendance. Ce vote favorable correspond à un choix de négociation qui a permis des avancées pour tous les personnels. La CFDT veillera à ce que celles-ci se concrétisent en progrès concrets dans le quotidien des agents.

Nous militons pour que le projet d’UI soit celui d’une Université véritablement inclusive de ses personnels et étudiant·e·s. En particulier, la mise en place de l’UI va entraîner des restructurations à la COMUE et à l’UGA, dans les services centraux mais également dans les composantes pour former les CSPM. Il est impératif de mettre en place une concertation avec tous les personnels de la COMUE et de l’UGA pour qu’ils soient pleinement associés et acteurs de ces évolutions. Les établissements doivent également s’engager concrètement sur la résorption de la précarité. Il y a actuellement de nombreux CDD sur projets, en particulier ceux travaillant pour l’IDEX et dont les contrats vont s’arrêter au 1er avril 2020. Un nombre significatif de CDD doit ainsi être CDIsé sur fonds propres.

 

Clés de compréhension

  • Mettre en cohérence Sup et Recherche sur tout le site : un objectif partagé
  • Mais une nouvelle réorganisation aurait dû s'appuyer sur un bilan de la fusion et du processus de fusion
  • Le texte fondateur de fin 2018 a intégré des demandes du Sgen-CFDT pour le bénéfice de tous les personnels
  • Cependant, il ne laisse pas suffisamment de place aux personnels en termes de gouvernance et de dialogue social
  • Il n'est pas non plus assez ambitieux en terme d'intégration des établissements et d'alignement sur le mieux-disants des conditions d'emploi
  • Le Sgen-CFDT a pesé pour faire évoluer la proposition de statuts

Historique et dernières actualités

Suite à la publication de la feuille de route de nos dirigeants en mars 2018, le Sgen-CFDT a donné sa première analyse : Université intégrée : tout reste à faire pour qu’elle soit celle de tous les personnels

Après la phase de concertation, le Sgen-CFDT fait un point sur ses revendications en septembre 2018 : quels bénéfices et quels coûts pour les personnels ?

Novembre 2018, texte fondateur : Analyse et propositions de la CFDT

Décembre 2018, texte fondateur amendé : Des progrès encore insuffisants

Juin 2019, le Sgen-CFDT vote en faveur des statuts : le choix d’un accompagnement critique du projet pour obtenir des avancées pour les personnels

Pour aller plus loin...

  • Intranet institutionnel sur le projet

    Les textes publiés par nos dirigeants et des comptes-rendus des concertations.